Mot du proviseur

 

Même après cinq années à la tête de cet établissement, il m'est difficile de résumer simplement les spécificités de la Section française de Misr Language Schools. Faut-il commencer par son site, au pied du plateau de Guizeh, sur la route du Fayoum, à deux pas des pyramides? Ce site d'exception, avec vue sur la Grande Pyramide, et son campus de 6 hectares parsemé de verdure partagés avec les autre sections font naturellement beaucoup pour l'identité de l'établissement. Evidemment, la personnalité de sa fondatrice, Mme Magda Moussa, dont l'empreinte reste forte sur toutes les sections, me vient ensuite immédiatement à l'esprit. Je n'ai pas connu personnellement Mme Magda Moussa mais je sais que son but était de créer une école qui ne soit pas centrée sur le profit, une école où l'éducation ne serait pas une marchandise. Magda Moussa pensait que l'éducation ne pouvait être assimilée à une quelconque activité lucrative, d'où ce statut d'association à but non lucratif, proche des associations françaises (loi 1901 reconnues d'utilité publique) qu'elle a choisi pour Misr Language Schools, très rare dans le paysage éducatif francophone cairote...

Ainsi posée, il était naturel que Misr Language Schools rencontrât une autre association culturelle à but non-lucratif, présente sur les rives de la Méditerranée depuis plus de cent ans, la Mission laïque française. Le partenariat entre les deux institutions date de 2002 et a sans cesse été renouvelé depuis. Il a permis à l'établissement d'être intégralement homologué de la petite section à la terminale S et ES depuis 2012.

Misr Language Schools est donc une école 100% égyptienne et aussi 100% française, fruit d'une symbiose rare. Le proviseur y est forcément détaché par le Ministère de l'Education nationale, sur demande de la Mission laïque française. Les enseignants sont titulaires de l'education nationale, retraités, vacataires ou maîtres-auxiliaires mais tous appliquent dans leur intégralité les programmes scolaires français. Les élèves y suivent un double cursus français ainsi qu'égyptien et passent les examens dans les deux langues. Et la Laïcité? Concept absent du droit égyptien, elle est transcrite ici dans le règlement intérieur en neutralité religieuse et refus du prosélitisme. Le modus videndi de cette école que nous appelons "Misr" est celui d'une coexistence bienveillante entre deux systèmes, deux cultures.

A Misr, nous tenons à préserver la réputation de notre établissement et sa crédibilité. Aujourd'hui, nos anciens élèves se trouvent dans plus de dix pays (France, Etats-Unis, Royaume-uni, Suisse, Espagne...) et réussissent les études qu'ils ont entreprises. La promotion 2017 du Bac S a obtenu un taux de réussite de 100%, 4 mentions Très Bien et deux Félicitations du jury (moyenne supérieure à 18/20). Quant à la promotion de ES, elle a aussi récolté 4 Mentions Très Bien. Ces élèves n'ont pas été selectionnés sur le tard ou écrémés lors de l'inscription à l'examen, comme le font parfois certains établissements. Ce sont des élèves qui ont suivi toute leur scolarité à Misr. Sur nos 32 candidats au Baccalauréat de 2017, 3 seulement n'ont pas obtenu l'examen, preuve qu'il faut s'investir et faire des efforts car dans le domaine des études, on n'obtient rien sans rien...

Comme tout établissement homologué, Misr dispose d'un projet d'établissement, mais, au fond, c'est bien plus un projet humain qui caractérise sa philosophie. Aucune piste n'est écartée pour que nos élèves soient d’abord heureux de prendre le chemin de l’école. Nous œuvrons tous pour l’amélioration de la sécurité de l’établissement, la modernisation des équipements, l’élaboration des projets et la multiplication des voyages et sorties linguistiques et culturels. Nous voulons donner un sens à la scolarité en valorisant leurs acquis et en contribuant à transformer leurs erreurs en expérience. Nos élèves en auront grand besoin demain pour intégrer un monde en mouvement et qui évolue très vite.

Frédéric TUMPICH

Proviseur